Dieu, Mon Dieu, Gloire à Dieu, Parole de Dieu, Qui Est Dieu

La Puissance de Dieu

“Je suis l'adorable Créateur du ciel et de la terre. J'ai trois choses avec moi : je suis très puissant, très sage et très vertueux. Soyez assurés que je suis si puissant que les anges m'honorent dans le ciel ; les démons, dans l'enfer, n'osent pas me regarder ; avec un clin d'oeil, j'arrête tous les éléments. Je suis si sage que nul ne peut trouver le fond de ma sagesse, si savant, que je sais tout ce qui a été et sera ; je suis aussi si raisonnable, qu'il n'y a vermisseau ni animal, si difforme et si petit qu'il soit, que je n'aie fait pour quelque fin. Je suis aussi si vertueux que de moi, comme d'une source vive, sort tout bien, comme toute douceur procède d'une bonne vie...” Révélations Célestes de Sainte Brigitte de Suède

Quels sont les attributs de Dieu ? À quoi ressemble Dieu ?


La bonne nouvelle, en tentant de répondre à cette question, c’est qu’on peut trouver beaucoup de choses à dire sur Dieu ! Ceux qui examinent attentivement cette explication devraient d’abord la lire jusqu’au bout et ensuite se référer aux passages bibliques choisis pour mieux la comprendre. Les références bibliques sont absolument essentielles, puisque sans l’autorité de la Bible, cette collection de mots ne vaudrait pas plus que l’opinion d’un homme, ce qui est bien insuffisant pour comprendre Dieu (Job 42:7). Dire qu’il est important d’essayer de comprendre Dieu est un énorme euphémisme (bien en dessous de la vérité) ! Ne pas comprendre Dieu peut nous amener à nous inventer, à poursuivre et louer de faux dieux, ce qui est contraire à Sa volonté (Exode 20:3-5).

Nous ne pouvons connaître que ce que Dieu a choisi de nous révéler de Lui-même. Une des qualités ou attributs de Dieu est celui d’être «lumière», ce qui signifie qu'Il se révèle Lui-même à nous (Isaïe 60:19, Jacques 1:17). On ne doit pas négliger la réalité que Dieu se soit révélé Lui-même à nous, de crainte de ne saisir à temps la promesse d'entrer dans son repos (Hébreux 4:1). La création, la Bible, la Parole faite chair (Jésus-Christ) nous aideront à comprendre la nature même de Dieu.

Commençons par comprendre que Dieu est notre Créateur et que nous sommes une partie de Sa création (Genèse 1:1, Psaume 24:1). Dieu a dit que l'homme a été créé à Son image. L'homme est au-dessus du reste de la création et Dieu lui a en a donné la domination (Genèse 1:26-28). Malgré que la création ait été entachée par la «chute», elle nous offre tout de même un aperçu de Son ouvrage (Genèse 3:17-19; Romains 1:19-20). En considérant sa grandeur, sa complexité, sa beauté et son équilibre, nous avons une idée de l'incroyable grandeur de Dieu.

La lecture de quelques-uns des noms de Dieu peut nous être utile dans notre recherche de la nature de Dieu. En voici quelques-uns:
    Elohim – Être fort, divin (Genèse 1:1)
    Adonai – Seigneur, indiquant une relation de Maître à serviteur (Exode 4:10,13)
    El Elion – Dieu Très Haut, le plus puissant (Isaïe 14:20)
    El Roi – celui qui est fort et qui voit (Genèse 16:13)
    El Schaddai – Dieu Tout-Puissant (Genèse 17:1)
    El Olam – Dieu éternel (Isaïe 40:28)
    Yahvé – Seigneur ''Je suis'', signifiant le Dieu éternel (Exode 3:13,14).
Nous continuerons maintenant en examinant d'autres attributs de Dieu; Dieu est éternel, ce qui veut dire qu'Il n'a pas eu de début, et que Son existence n’aura pas de fin. Il est immortel, infini (Deutéronome 33:27; Psaumes 90:2; 1 Timothée 1:17). Dieu est immuable, ce qui signifie qu'Il ne peut changer; ceci veut dire qu'Il est parfaitement fidèle et digne de confiance (Malachie 3:6; Nombres 23:19; Psaumes 102:26,27). Dieu est incomparable, ce qui veut dire que personne n'est comme Lui, autant dans Son être que dans Ses œuvres. Il est sans égal et parfait (2 Samuel 7:22; Psaumes 86:8; Isaïe 40:25; Matthieu 5:48). Dieu est insondable, ce qui signifie qu'Il est incommensurable, introuvable, impossible à comprendre complètement (Isaïe 40:28; Psaume 145:3; Romains 11:33,34).

Dieu est juste, ce qui signifie qu'Il n'a de préférence pour personne et ne montre aucun favoritisme (Deutéronome 32:4; Psaumes 18:30). Dieu est tout-puissant; Il peut faire tout ce qui Lui plaît, mais ses actions respecteront toujours les autres attributs de Son caractère (Apocalypse 19:6; Jérémie 32:17,27). Dieu est omniprésent, ce qui signifie qu'Il est toujours présent, partout; mais cela ne veut pas dire qu'Il est tout (Psaumes 139:7-13; Jérémie 23:23). Dieu est omniscient, ce qui veut dire qu'Il connaît le passé, le présent, et l’avenir, et même ce que nous pensons à tout instant; puisqu'Il sait tout, sa justice sera toujours administrée équitablement (Psaumes 139:1-5; Proverbes 5:21).

Dieu est unique, ce qui signifie non seulement qu'Il n'y en a aucun autre, mais aussi qu'Il est le seul à pouvoir rencontrer les aspirations et les besoins les plus profonds de notre cœur, et que Lui seul est digne de nos louanges et de notre dévotion (Deutéronome 6:4). Dieu est droit, ce qui signifie que Dieu ne peut pas et ne laissera pas passer une mauvaise conduite; c'est à cause de Sa droiture et de Sa justice, afin que nos péchés soient pardonnés, que Jésus a dû subir le jugement de Dieu lorsqu'Il a pris sur Lui nos péchés (Exode 9:27; Matthieu 27:45-46; Romains 3:21-26).

Dieu est souverain, ce qui signifie qu'Il est suprême; et Sa création toute entière, consciemment ou inconsciemment, ne peut contrecarrer Sa volonté (Psaumes 93:1; 95:3; Jérémie 23:20). Dieu est esprit, ce qui signifie qu'Il est invisible (Jean 1:18; 4:24). Dieu est Trinité, ce qui veut dire qu'Il est trois personnes en une, d’une même substance, égales en pouvoir et en gloire. Remarquez que le premier passage biblique cité mentionne son ''nom'' au singulier, même si celui-ci réfère à trois personnes distinctes – ''le Père, le Fils et le Saint-Esprit'' (Matthieu 28:19; Marc 1:9-11). Dieu est vérité, ce qui signifie qu'Il est toujours en accord avec tout ce qu'Il est, Il demeurera à jamais incorruptible et ne peut mentir (Psaumes 117:2; 1 Samuel 15:29).

Dieu est saint, ce qui veut dire qu'Il est séparé de toute dégradation morale et y est hostile. Dieu voit tout le mal, ce qui Le met en colère; le «feu» et la «sainteté» sont souvent mentionnés ensemble dans les écritures. On compare Dieu à un feu consumant (Isaïe 6:3; Habacuc 1:13; Exode 3:2,4,5; Hébreux 12:29). Dieu est rempli de grâce – ce qui comprend Sa bonté, Sa bienveillance, Sa miséricorde, et Son amour – qui sont des mots décrivant les diverses facettes de Sa bonté. S’il n’y avait pas la grâce de Dieu, tous les autres attributs de Dieu nous sépareraient de Lui à tout jamais. Heureusement, ce n’est pas le cas, puisqu'Il désire avoir une relation personnelle avec chacun de nous (Exode 22:27; Psaumes 31:19; 1 Pierre 1:3; Jean 3:16; Jean 17:3).

Ceci n'était qu'une tentative modeste de répondre à une question aussi grande que celle de Dieu. N'hésitez pas à continuer à Le chercher de tout votre cœur (Jérémie 29:13).


Notre Seigneur Jésus-Christ déclare le mystère ineffable de la sainte Trinité ; comment les pêcheurs diaboliques obtiennent miséricorde de Dieu par la contrition et par la volonté qu’ils ont de se corriger. De la réponse de Jésus-Christ. Manière dont il fait miséricorde à tous, tant Juifs qu’autres, et du double jugement des damnés et des sauvés.

Livre 3 - Chapitre 26
Révélations Célestes de Sainte Brigitte de Suède


Le Fils de Dieu parle : Je suis, dit-il, le Créateur du ciel et de la terre, un vrai Dieu avec le Père et le Saint-Esprit, car le Père est Dieu, le Fils est Dieu et le Saint-Esprit est Dieu, non pas pourtant trois dieux, mais trois personnes et un Dieu. Mais vous me pourriez demander : Pourquoi y a-t-il trois personnes et n’y a-t-il qu’un Dieu ? Je réponds qu’il n’y a autre Dieu que la puissance même, la sapience même et la bonté même, d’où est toute puissance sous le ciel et sur le ciel, toute sagesse et toute piété qu’on peut penser et imaginer.

Or, Dieu est un et trine, un en nature et trine en personnes, car le Père est la puissance et la sagesse, de laquelle sont toutes choses, et qui est avant toutes chose ; puissant, non d’ailleurs, mais de lui-même de toute éternité. Le Fils, aussi égal au Père, est aussi puissance et sagesse, non puissant de soi-même, mais engendré du Père puissamment et ineffablement, principe du Prince, qui n’est jamais séparé du Père. Le Saint-Esprit aussi est puissance et sagesse, procédant du Père et du Fils, égal en puissance et en majesté.

Il y a donc en Dieu et trois personnes, et une opération (1) de trois personnes, une volonté, une gloire et puissance. Il est tellement un en essence qu’il y a néanmoins distinction de personnes, car tout le Père est dans le Fils et le Saint-Esprit, et le Fils dans le Père et dans le Saint-Esprit, et le Saint-Esprit en tous deux, en une nature de Déité, non pas comme première ou postérieure, mais d’une manière ineffable, où il n’y a ni prieur ni postérieur, rien de plus grand l’un que l’autre, ou d’un autre hors d’eux, mais tout y est ineffable et égal. C’est pourquoi il est à bon droit écrit que Dieu est admirable et grandement louable.

Maintenant, je me puis plaindre que je suis peu loué et inconnu à plusieurs, attendu que tous cherchent leur propre volonté et peu la mienne. Or, vous demeurez stable et humble ; ne vous élevez pas en vos pensées, puisque je vous montre les périls et les dangers des autres ; ne déclarez pas leurs noms, si ce n’est qu’il vous soit commandé, car les périls ne vous sont pas montrés pour leur confusion, mais pour leur conversion, et afin qu’ils connaissent la justice et la miséricorde divines, ni ne les devez pas fuir et éviter comme des personnes jugées. Car bien que j’aie dit ce jour que quelqu’un est méchant, si demain il m’invoque et m’appelle à son secours avec contrition et avec volonté de s’amender, je suis prêt à lui pardonner ; et celui que j’aie appelé hier pernicieux, celui-là même, je le dis aujourd’hui ami très-cher, à raison de sa contrition. Tellement que si la contrition est stable (2), je le tiens quitte, non seulement du péché, mais de la peine même du péché, comme vous le pourrez connaître par un exemple.

Pensez qu’il y a deux parties du vif-argent, et que toutes deux s’écoulassent vitement en un tout, et qu’en leur union, il n’en demeurât qu’un peu, comme un atome, Dieu pourrait faire encore qu’ils ne s’unissent en un. De même si quelque pécheur était enraciné en opérations diaboliques et qu’il fût sur le point de se perdre, il obtiendrait encore pardon et miséricorde, s’il invoquait Dieu avec contrition et volonté de s’amender.

Or, maintenant, puisque je suis si miséricordieux, vous pourriez me demander pourquoi je ne fais pas miséricorde aux Juifs et aux Gentils, dont quelques-uns, s’ils étaient instruits d’une foi droite, mourraient franchement pour l’amour de Dieu.

Je vous réponds : Je fais miséricorde tant aux Gentils qu’aux Juifs, et il n’y a aucune créature sans ma miséricorde, car quiconque oit que sa foi n’est ni bonne ni vraie, et désire avec ferveur la vraie : ou quiconque croit que ce qu’il tient est le meilleur, d’autant qu’il ne lui a été jamais prêché rien de meilleur, et fait de toutes ses forces ce qu’il peut, son jugement sera en quelque petite miséricorde (3), car il y a double jugement des damnés et des sauvés.

Le jugement des chrétiens damnés sera sans miséricorde ; leur peine sera éternelle, en perpétuelles ténèbres, et leur volonté obstinée contre Dieu. Et le jugement des sauvés sera la vision de Dieu, la glorification en Dieu, et vouloir à Dieu du bien. De ceux-là sont forclos les Gentils, les Juifs, les mauvais et faux chrétiens, qui, bien qu’ils n’aient eu aucune foi droite, ont néanmoins eu la conscience propre pour juge, croyant que c’était le même Dieu qu’ils ont honoré et offensé.

Or, ceux dont les volontés et les actions étaient et sont contre le péché et selon la justice, auront, avec ceux qui sont moins mauvais chrétiens, jugement, miséricorde et supplice, à raison de la dilection, de la justice et haine du péché ; mais ils n’auront la consolation en la fruition de la gloire et vision de Dieu, à raison qu’ils ne sont pas baptisés ; car la considération des choses temporelles, ou quelque occulte jugement de Dieu, les a retirés, qu’ils ne cherchassent et obtinssent, fructueusement leur salut.

Or, si rien ne les a retirés de la recherche du vrai Dieu, ni le labeur, ni la peur, ni la perte de l’honneur et des biens, mais seulement un empêchement humain, qui vainquait la fragilité humaine, moi qui ai vu Cornélius et le Centurion, n’étant pas baptisés, être hautement et parfaitement récompensés, je sais qu’ils seront rémunérés comme leur foi l’exige, d’autant qu’autre est l’ignorance de malice, autre celle de piété, autre celle de difficulté ; semblablement autre est le baptême de l’eau, autre celui du sang, et autre celui d’une parfaite volonté, que Dieu connaît, lui qui voit le cœur de tous.

Partant, moi qui suis né sans principe, éternellement du principe ; moi qui suis encore né derechef temporellement, à la fin des temps, je connais et sais du commencement comment il fut récompenser les actions et donner à un chacun selon ses mérites ; ni le moindre bien qui est fait pour l’honneur de Dieu, ne sera sans récompense. Partant, vous êtes obligée de remercier grandement Dieu, que vous soyez née de chrétiens et en temps de salut, d’autant que plusieurs désireront voir et obtenir ce qui est offert aux chrétiens, et ne l’obtiendront point.

(1) Il faut entendre des opérations que Dieu fait dans les créatures.
(2) Parfaite, 1- en douleur du passé ; 2- en résolution de ne plus pécher à l’avenir, 3- en propos de se confesser ; 4- vouloir satisfaire.
(3) Mieux avec plus grande miséricorde.

Cliquez pour lire la suite.
Révélations Célestes de Sainte Brigitte de Suède


Free Videos
www.mondieu.info
Livres et videos gratuits
FREE DVDs & VIDEOS
WATCH & DOWNLOAD ALL OUR DVDs & VIDEOS FOR FREE!